Sommes-nous véritablement libres de nous exprimer comme nous le souhaitons ?

Pouvons-nous exprimer notre singularité en nous habillant comme nous le voulons dans la rue ?

Pouvons-nous cracher notre haine envers une personne au bureau au nom de la liberté d’expression ?

Pouvons-nous dénigrer et ridiculiser les avis politiques et croyances de nos voisins parce que le droit à la liberté d’expression nous le permet ?

Oui à la liberté d’expression mais il ne faut pas se leurrer. La liberté d’expression qu’on prône a ses limites. On nous fait croire que nous sommes libres mais en réalité, nous ne le sommes pas. Nous sommes libres de nous exprimer comme nous le voulons mais seulement dans un cadre bien précis. Comme pour un oiseau à qui on fait croire qu’il peut voler sauf qu’il est dans une cage.

Nous sommes témoins de nombreux cas de personnes s’exprimant sous couvert de la liberté d’expression sur le sol de pays promouvant cette valeur et se faisant arrêter par les autorités sous prétexte que les propos tenus vont à l’encontre d’évènements historiques.

Quelles sont donc les limites de cette liberté ? Rappelons un vieux proverbe : La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Le respect des uns et des autres est la clef du succès d’une société.

En tant qu’entrepreneure et enseignante universitaire, je ne me permets pas de m’exprimer librement avec mes collaborateurs et étudiants. Je m’auto-censure pour le bien de tous. En tant que mère, je ne laisse pas mes enfants dire tout et n’importe quoi sur leurs maitresses et camarades surtout quand ça atteint le respect, l’honneur et la dignité de l’autre.

Eveiller l’esprit critique chez les jeunes est une autre histoire. En effet, c’est un concept important à encourager au sein des jeunes générations. Cela ne se fait pas n’importe comment. Une invitation à la liberté de pensée ne peut réussir que si cela fait dans les règles de l’art : le respect d’autrui. Je ne peux pas vouloir montrer le ridicule du végétalisme (si tant est que je partage cette opinion) en provocant les végétaliens en me moquant de leurs croyances et fermes convictions. Il y a toujours un détraqué quelque part prêt à déclencher la guerre et à mourir pour sa cause… C’est encore plus vrai quand le nombre de végétaliens atteint les milliards d’individus sur la planète.

Notre rôle en tant que parents et enseignantes est d’élever des jeunes respectueux des croyances des uns et des autres et qui sont capables de critiquer sans heurter les âmes sensibles de leurs concitoyens.

La liberté d’expression a un prix. Combien sommes-nous prêts à payer ?

Freedom of expression speech


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *